Intel conscient des défauts du processeur avant que le PDG Brian Krzanich ne prévoie une vente d'actions de 24 millions de dollars



The news and details on Intel's most recent chip flaw have been coming in almost faster than news outlets can put them out, and it just seems that the company is going through a phase where news are seldom good. New information has come to light that paint Intel CEO's Brian Krzanich's sale of $24M worth of stocks in November 24th in a negative spotlight, euphemisms be allowed. We (meaning, this editor) previously dismissed the share sale as a pre-planned event that didn't show any kind of shady wrongdoing in the face of news breaking out regarding Intel's VM security flaw. However, it seems as if it pays off to be negative rather than positive in the world at large, and the skeptic in me is saying 'serves you right'.

Apparemment, Intel avait connu bien avant l'existence de la vulnérabilité - des sources expliquent que la nouvelle a été divulguée à Intel par Google lui-même, qui a informé le géant bleu dès juin 2017 de l'existence d'un défaut de sécurité dans la conception de ses puces. Il est compréhensible que la société veuille garder l'existence du bogue - et ses détails - secrètes, pour permettre le développement d'une solution avant que des attaquants malveillants puissent en profiter.

Cependant, ce qui n'est pas compréhensible, c'est comment le PDG d'Intel a fixé la date de la vente des actions au 24 novembre en octobre - au moins quatre mois après que la société ait eu vent de l'existence du problème. Certains détails intéressants sur la vente ont également un sens - le PDG d'Intel, Brian Krzanich, a vendu le nombre maximal d'actions qu'il pouvait, ne conservant que les 250 000 actions minimales obligatoires qui accompagnent son poste chez Intel. Au total, les actions vendues par Brian Krzanich totalisaient 245 743 actions qu'il détenait directement et 644 135 actions qu'il avait obtenues en levant ses options. Ainsi, l'homme a vendu environ 80% de ses actions Intel tandis que la société (et lui-même, sûrement) savait que la faille allait devenir publique assez tôt. Il n'y a même pas de vestige d'ombre dans toute cette question, c'est sûr.
Source: Business Insider